Barbara Kan : une femme inspirée touche à tout

barbara1

 

Comédienne et fondatrice du site Moodstock, Barbara Kan a parcouru un long chemin avant de se sentir pleinement épanouie.
Retour sur le parcours de cette femme positive et enjouée qui prend la vie avec philosophie.

 

Des expériences diverses et enrichissantes

Dès l’âge de 6 ans, Barbara se lance dans la gymnastique artistique, sa passion première. Sa persévérance et son talent l’amène à quitter le foyer familial à l’âge de 13 ans. Une initiative peu encouragée par ses proches, qui font davantage preuve d’inquiétude à l’égard de la détermination de la jeune fille. Qu’importe, cette dernière entreprend elle-même les démarches pour quitter le cocon familial et se retrouve à 300 kilomètres de sa famille. Une volonté comparable à celle de Laure Manaudou, dont elle partage les mêmes origines franco-néerlandaises. « Quand on fait des pieds et des mains à cet âge-là pour quitter famille et amis, c’est que l’on a une grande idée derrière la tête… », affirme-t-elle.
À sa majorité, Barbara souffre d’une rupture du ligament croisé du genou, une blessure avec laquelle elle tente de poursuivre la gymnastique durant deux ans, en vain, avant de quitter le milieu. Cet accident ne constitue ni un hasard, ni un regret pour elle, le corps a ses raisons que la raison ignore… Barbara estime que le destin l’appelle ailleurs.
Elle entreprend donc des études en Langues Étrangères Appliquées avant de se diriger vers le marketing et le droit sportif. Elle entame alors une carrière dans la gestion de patrimoine de sportifs professionnels à Paris. Une expérience très formatrice. Cependant, la crise financière qui a secoué cet univers fin 2008 survient comme un nouvel accident – heureux – de la vie : il est temps de sortir de sa zone de confort. « Ces 4 années d’expérience professionnelles m’ont donné des clés indispensables et une confiance suffisante pour entreprendre seule. J’ai sentie aussi très vite que les pratiques du milieu ne correspondaient pas à l’éthique que je souhaitais placer au centre de mon existence ». Sentant qu’elle marche à côté de sa voie, elle démissionne et décide de s’accorder un temps de recul et de réflexion.

 

La Vie, l’Autre : sa principale source d’inspiration

C’est dans le cadre de cette période de transition qu’elle débute les stages de comédie. Elle y rencontre Jack Garfein, célèbre Directeur d’acteurs qui exerça aux côtés de Marylin Monroe et de James Dean. Sous ses encouragements, Barbara se confronte au monde de la comédie, qui l’amène à mieux gérer ses émotions et à se libérer. La comédie représente alors un nouveau souffle, une étape essentielle.
Dès lors, débute un périple aux quatre coins du monde. « J’avais besoin de me confronter au grand vide de la solitude, de me livrer totalement à l’inconnu… Le voyage, en ce sens, est un accélérateur formidable pour transcender ses peurs ». Sa première destination : Bangkok, une ville choisie instinctivement, où elle souhaite être seule pour se retrouver. Là-bas, elle prend des cours de réflexologie plantaire, discipline qui l’intéresse particulièrement. Elle approfondit cet apprentissage à l’occasion de son voyage suivant, à Bali, puis crée sa propre entreprise en 2013, Body Works.
Ses nombreux voyages lui ouvrent également les vannes de l’écriture. Chacun d’entre eux constitue des découvertes et des pistes de réflexion qui l’inspirent. « Je lisais très peu avant de voyager, par manque de temps, l’écriture ne m’avait jamais véritablement attirée… Lire, c’est écouter. Écrire c’est entendre. Le besoin de partager toutes ces merveilles l’a finalement emporté et l’écriture s’est imposée naturellement pour déverser le flot de pensées ramassées ci et là ». C’est dans ce contexte que l’idée de Moodstock, une revue virtuelle – mindfulness -, lui est apparue. Elle y expose ses voyages, ses rencontres, ses coups de cœur artistiques et littéraires, et ses inspirations sous cette plume si particulière qui est la sienne. « Moodstock est un petit manifeste vers une nouvelle écologie de l’âme. C’est l’enthousiasme des lecteurs et leurs messages qui m’ont poussée à poursuivre l’exercice. Sentir que votre travail fait du bien aux gens est une récompense qui, pour moi, n’a pas d’égal ».

 

Résolument positive, Barbara est exigeante, mais pas acharnée. La discipline et le travail sont des valeurs sûres et les seuls aspects que l’on peut maîtriser. « Je sais qu’au bout des mes efforts et de mes choix, il y a la vie qui me ressemble ». Selon la jeune femme, le bonheur se situe alors plutôt dans l’acceptation de ce que la vie nous propose. En restant volontaire, libre et affranchi, le monde s’ouvre…

Sa devise : « Lorsque l’on marche pleinement dans la vie, sans placer aucune attente, on peut livrer toute sa confiance au destin».
moodMOODSTOCK.fr

Article: Émilie LAGARDE

Share Button

  1. Barbara nous emmène entre ciel et terre, dans cet espace bleu entre les nuages, dans ce cosmos où, paradoxalement, la vacuité n’est que plénitude, voyage mystérieux, quoique d’une évidente fulgurance, intense, large; elle nous fait comprendre que nous ne sommes rien et en même temps tout, dans un même lieu et un même temps, que ce frémissement sans limite où les êtres et les choses s’interpénètrent nous conduit, inexorablement, vers l’Eveil, qui pourrait finalement se traduire par cette simple expression:  » être conscient d’être, et d’être au monde (à la Vie) , et d’être le monde (la Vie) ».

  2. Moi aussi, après avoir spéculé sur les marchés, j’ai découvert les autres, eux que je méprisais jusqu’alors. J’ai démissionné pour leur apporter la lumière, vivre pleinement mon génie et j’en tire aujourd’hui beaucoup de joie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *