Inscrivez-vous sur le Forum Pour Filles

Pour papoter, échanger, partager, s'aider entre filles et profiter de services gratuits...

Poste dans le grand bazar toutes les discussions générales qui ne rentrent dans aucune autre catégorie du forum
Avatar du membre
par Maly
#666896
C'est un sentiment étrange, souvent présenté comme un défaut, mais je ne trouve pas que ce soit une évidence.
Je suis impatiente ! Pas toujours bien sûr, mais chaque fois que quelque chose m'interpelle, m'attire, et si cela peut parfois entraîner des faux pas je pense que globalement c'est bien plus souvent source de plaisir et d'enthousiasme.
L'envie d'aller rapidement vers une attirance, un rêve, un idéal, ce que l'on imagine être sa vérité, agit comme un stimulant, et parfois comme une inquiétude paradoxale qui peut finir par rassurer en nous disant que si l'on veut aller vite c'est bien que notre inconscient l'exige.
Il y a eu dans l'histoire de l'humanité des impatiences désastreuses, c'est vrai, mais combien de grandes idées, d'avancées humanistes,
de chef-d'œuvres artistiques ont vu le jour et grandi au prix de luttes acharnées et d'efforts colossaux qui n'ont pu exister, et résister, que nourrit par l'impatience de les mener à terme.
Alors je me dis que si le plus grand est possible on a toutes droit au plus petit, normalement plus accessible.
Je suis incroyablement impatiente de vivre le prochain we :-), et avouer que ce sentiment qui participe tant à me chambouler me procure également une douce sensation de bien-être ne me semble pas une anomalie. Peut-être est-ce dû au fait que je me suis montrée jusqu'à présent tellement patiente que vivre l'opposé m'entraîne toute vers l'inconnu débordante d'espérances.
Très tôt je me suis questionnée sur les dualités et les équilibres de ce qui nous construit, et plus je découvre la vie plus cette question ocupe mon esprit.
La crainte et l'audace, le bien et le mal, l'égo et l'empathie, le besoin et l'envie, le rêve et la réalité, et toutes autres notions qui posent la question de comprendre si leurs miroirs respectifs les opposent ou les nourrissent.
Et puis au dessus de tout, très haut, il y a ancré dans mon corps et mon esprit le yin et le yang, cette idéal osmose que j'imagine seule clé de voute de la sublime, subtile et fragile construction de mon féminin sacré.
Je ressens intimement que c'est bien cette quête qui fait vivre en ce moment mon impatience, car je veux, j'ai envie et besoin, de savoir, vite.

Maly.
Bannière 6