Inscrivez-vous sur le Forum Pour Filles

Pour papoter, échanger, partager, s'aider entre filles et profiter de services gratuits...

Tu trouveras ici des astuces et conseils pour filles classés par ordre alphabétique pour mieux aborder l'adolescence
Avatar du membre
par Capucine
#651405

1* Etre ou ne pas en être l'objet

Avoir le sentiment d'être (ou de ne pas en être) la préférée est un état inhérent à la vie en société, dès qu'on est plus de deux, on se compare et les préférences peuvent surgir.
C'est le cas en famille, entre copines, en cours, partout ...

Image


Les préférences des uns et des autres, il faut donc apprendre à vivre avec ... Mais, pour toi, c'est sans doute spécialement douloureux ces temps-ci, tu souffres probablement de n'être pas la préférée. Même à la boulangerie, tu l'as remarqué, la boulangère souri davantage quand vient le tour de ta voisine...

Moi, la mal aimée :
Halte-là et rassure toi, que ce soit à la maison, en classe ou dans les magasins de ton quartier, tu n'es certainement pas moins aimée que les autres. Pourquoi alors te sens-tu dévaluée ?
Parce que tu es une adolescente qui vit intensément les grands événements et les petits riens qui chaque jour lui tombent dessus, parce que tu as les nerfs à vif de tout ce neuf qui émane de toi, que tu as perdu les privilèges de l'enfance sans avoir encore acquis tous ceux de l'âge adulte, et que tu ne sais plus très bien où tu en es.

Se voir aimée :
Cette nouvelle personne que tu es en train de devenir, tu te demandes si tu vas l'aimer et si les autres vont l'aimer ! Alors tu guettes les signes de ce que tu redoutes le plus, à chaque amabilité que la boulangère adresse une autre, tu te dis "ça y est c'est sûr, je ne suis pas la préférée, on m'aime moins que les autres !".
Et évidemment, tu ne tiens pas compte du gentil sourire que la boulangère t'as rendu en même temps que la monnaie de la baguette.

Sans se sentir comparée :
A noter que les adultes qui t'ont connue enfant sont peut-être aussi un peu déboussolés par ton évolution de jeune fille ... Laisse leur le temps de s'y faire.

_____________________________________________________________________


2* Les tiennes

Bien sûr que tu as tes préférences ! Comme tout le monde et c'est normal. Tu préfères peut être les nouilles aux coquillettes. Et les roses aux tulipes. Jusque là, rien de grave.

Image


Là où ça devient plus délicat, c'est quand tu préfères l'une ou l'autre de tes cousines, ou encore quand on te demande de choisir entre deux cadeaux et que tu préfères le plus cher ... Les préférences, ça n'est pas toujours facile à assumer. On aimerait bien pouvoir les exprimer mais ça n'est pas si aisé. Faut-il oser ou pas ?

Dire à bon escient :
Pas toujours, évidemment, ou en tout cas pas forcément directement. Quand on risque de blesser les gens, il vaut mieux prendre des gants. Mais, justement, on te demande parfois de choisir et là, tu es bien obligée de les enlever (tes gants). Par exemple, si ces deux cousines, te demandent toutes deux ton cours de maths, ou si elles t'invitent chez elles en supposant qu'elles n'habitent pas au même endroit, comment te positionner en tenant compte des autres et de toi ...

Accepter ses préférences :
Pour éviter de te tordre le neurone dans ce type de casse-tête, décortique la situation, accepte bien ta préférence, tu n'as pas à t'en vouloir, et essaye de trouver une solution inédite. Photocopier ton cours de maths, réunir tes cousines chez toi.
Enfin concernant le cadeau le plus cher, celui que tu préfères, n'hésites pas à le dire. Déjà, si on te propose de choisir, c'est que les deux sont possibles ! Et puis, tu pux toujours annoncer celui que tu préfères. Après advienne que pourra.
Tu peux l'exprimer d'ailleurs :
"je sais que ce présent A est plus cher que le présent B, c'est le A que je préfère mais je me sens un peu gênée. Voilà."

Si la préférée, c'est toi :
En apparence, c'est enviable mais, en fait la situation peut vite virer au franchement désagréable. Quand on est "chouchoute", les autres vous le font payer. Une seule solution pour remédier à ça, mettre les points sur les i, et les choses à plat.
Explique que tu n'es pour rien dans le fait d'être devenue "chouchoute" (il faut quand même que ça soit vrai!) et que ça n'est pas pour ça que tu n'es pas solidaire des autres.
En cas de chouchouterie flagrante, va voir celui ou celle qui semble te préférer et explique-lui que les autres te traitent de "chouchoute" et que tu en souffres. Plains-toi mais ne l'accuse pas.


Bannière 5