Mon entraînement quotidien

Sportive ou envie de le devenir, on partage ici nos astuces pour être en forme et être bien dans sa peau
Répondre
Avatar du membre
Valona
Damoiselle
Damoiselle
Messages : 56
Enregistré le : 05 févr. 2023, 19:15
Localisation : Chez moi

Mon entraînement quotidien

Activités sportives

Depuis petite j'aime pratiquer l'exercice physique. À l'âge de six ans j'ai commencé la danse classique. Je n'avais pas le sens du rythme. Je suis nulle en musique. Et faire de la danse classique sans posséder l'oreille musicale est rédhibitoire. Tout cela a duré une année. J'étais élève dans une école privée. C'est à sept ans que j'ai commencé le karaté, (école Shotokan). J'ai très rapidement pris goût à cette activité. Entraînements les mardis et le jeudis soirs. Je pratique toujours avec assiduité. J'ai passé toutes mes ceintures sur quatorze années d'efforts. On ne peut gagner la ceinture du grade supérieure qu'en participant à des compétions. Du 6ème Kyu au premier Dan. C'est un sport passionnant. Je ne connais aucune activité qui apporte à la fois confiance en soi, vélocité, agilité de corps et d'esprit.

Parallèlement j'ai commencé l'équitation à l'âge de huit ans. Nous possédons nos propres chevaux. Maman est une excellente cavalière. Papa n'est pas en reste. C'est donc avec mes parents que j'ai acquis les bases. Dans cette discipline j'excelle rapidement pour me présenter à mes premiers concours dès l'âge de dix ans. Je bénéficie d'un moniteur très doué. Bruno n'a que dix neuf ans mais il est pédagogue et sait tirer le meilleur de ses élèves. Nous sommes un groupe de huit filles sous sa direction. Je me souviens de ces longues escapades équestres où il nous faisait découvrir des endroits magnifiques que je fréquente toujours. L'étang des chênes. J'ai passé toute ma scolarité dans des établissements privés. Il fallait donc user de stratégies pour affronter toutes ces activités de front. Merci maman.

Depuis que je suis en Faculté des sciences, j'ai considérablement ralenti. Il m'a fallu sélectionner. Au risque de me frustrer. Je ne peux plus me déplacer trop souvent dans les départements voisins pour participer à des compétions. Avec les compétitions de karaté c'est devenu impossible. Je dois me consacrer à mes études. Par contre, depuis mes seize ans je pratique le running avec assiduité. J'aime le jogging. C'est gratifiant. J'ai mes parcours à partir de la maison. Il me suffit de descendre la propriété jusqu'à la rivière. Souvent maman et papa viennent courir avec moi. Mon dynamisme les motive. Je dois toutefois ralentir car je n'ai pas intérêt à perdre du poids. Je ne pèse que 62 kg pour un mètre quatre vingt deux. Lors de mes visites médicales le médecin me met chaque fois en garde.

Je suis rapidement à la limite d'un physique anorexique. Ce que je ne suis pas intellectuellement. J'aime bien manger malgré mon estomac d'oiseau. Mais j'aime tellement me dépenser. Surtout depuis trois ans que je suis à l'Université. C'est un peu comme une catharsis. Cela me permet de décompresser. Curieusement, en courant je trouve des solutions aux problèmes divers. Surtout en périodes de révisions ou de partiels. Ça me booste un maximum. Une fois changée, après la douche, je ressens une profonde sérénité. Un délassement total. Je retrouve toutes mes facultés de concentration. Je n'hésite pas à courir sous la pluie avec un K-way. Dans le froid c'est un peu moins drôle. Il faut se vêtir chaudement et une fois dans l'effort, avec l'échauffement, c'est très rapidement insupportable.

Papa a aménagé une petite salle d'entraînement dans le sous sol quand j'étais bébé. Comme il est culturiste, il y a là des barres, des haltères, des machines. Tout ce qu'il faut. Un véritable matériel professionnel. Il y a surtout des tapis roulants qui permettent de courir dans d'excellentes conditions quand la météo l'interdit. Des vélos d'intérieur. En courant, ou en pédalant, j'observe les entrainements déments de papa. Depuis petite je le vois entretenir son physique d'exception. Tout comme maman qui reste une excellente gymnaste depuis son adolescence. Elle s'entraîne dur. Il y a là tous les agrès dont peut souhaiter une athlète. J'espère avoir leurs plastiques et leurs looks quand j'aurai cinquante ans. Mon amour du sport est donc un atavisme que j'assume avec une immense satisfaction.

À bientôt
J'aime être vue au point d'en oublier de voir
oceanelem
Damoiselle
Damoiselle
Messages : 9
Enregistré le : 10 févr. 2024, 18:32

Re: Mon entraînement quotidien

Comment fais tu pour être toujours motivée ?
Avatar du membre
Valona
Damoiselle
Damoiselle
Messages : 56
Enregistré le : 05 févr. 2023, 19:15
Localisation : Chez moi

Re: Mon entraînement quotidien

oceanelem a écrit : 10 févr. 2024, 19:55 Comment fais tu pour être toujours motivée ?
_____________________________________

C'est dans ma nature profonde. C'est aussi nécessaire à mon organisme que de manger et de dormir. Je ne me pose pas de question. J'y vais. Mais quand je fais du shopping, que j'essaie des vêtements dans la cabine, quand je suis dans ma salle de bain, quand je suis devant le miroir de mon armoire, l'image renvoyée est la plus sublime des récompenses. Le plus efficace des stimulants reste l'image de soi.

Mon avatar en traduit toute la substantifique moelle...

Je précise que j'ai une diététique en parfaite adéquation avec mon entrainement physique. Pas de calories "vides" ou inutiles. Il n'y a pas de secret. J'ai bientôt 21 ans (3 mars), et je pratique depuis le début de mon adolescence. Sans jamais faillir. Dans ce domaine, pas de soucis, mes parents, hyper sportifs, m'ont enseigné les "bonnes manières" alimentaires.

Je crois que le "truc" est l'estime de soi. Au diable les considérations négatives des gens qui n'en ont pas...

Bisous
J'aime être vue au point d'en oublier de voir
nina13
Damoiselle
Damoiselle
Messages : 2
Enregistré le : 17 févr. 2024, 20:39

Re: Mon entraînement quotidien

Valona a écrit : 10 févr. 2024, 20:20
oceanelem a écrit : 10 févr. 2024, 19:55 Comment fais tu pour être toujours motivée ?
_____________________________________

C'est dans ma nature profonde. C'est aussi nécessaire à mon organisme que de manger et de dormir. Je ne me pose pas de question. J'y vais. Mais quand je fais du shopping, que j'essaie des vêtements dans la cabine, quand je suis dans ma salle de bain, quand je suis devant le miroir de mon armoire, l'image renvoyée est la plus sublime des récompenses. Le plus efficace des stimulants reste l'image de soi.

Mon avatar en traduit toute la substantifique moelle...

Je précise que j'ai une diététique en parfaite adéquation avec mon entrainement physique. Pas de calories "vides" ou inutiles. Il n'y a pas de secret. J'ai bientôt 21 ans (3 mars), et je pratique depuis le début de mon adolescence. Sans jamais faillir. Dans ce domaine, pas de soucis, mes parents, hyper sportifs, m'ont enseigné les "bonnes manières" alimentaires.

Je crois que le "truc" est l'estime de soi. Au diable les considérations négatives des gens qui n'en ont pas...

Bisous
exactement, pour prendre de la masse ou perdre du poids, il faut avoir une nature disciplinée :-) car sans discipline, impossible d'atteindre ses objectifs (perte de poids ou musculation)
Répondre

Retourner vers « Sport »