Inscrivez-vous sur le Forum Pour Filles

Pour papoter, échanger, partager, s'aider entre filles et profiter de services gratuits...

Tu adores un film, un acteur ? Tu veux nous faire partager tes critiques ou découvrir des nouveautés ?

Ce film est :

Super
Aucun vote
0%
Bien
Aucun vote
0%
Bof bof
Aucun vote
0%
Nul !
Aucun vote
0%
Je ne le verrais pas
1
100%
Avatar du membre
par Lilou40
#322743
Image


Les Femmes du 6e étage

Comédie de Philippe Le Guay

avec Fabrice Luchini, Natalia Verbeke, Sandrine Kiberlain...

Durée : 01H46

Tout public

Fabrice Luchini se laisse embarquer par la joie et l’énergie d’une bande de bonnes espagnoles dans une comédie mêlant tendresse et humanisme.

Résumé

Dans les années 1960, Jean-Louis Joubert mène une vie terne entre sa société d’agent de change et son bel appartement cossu, tenu par sa femme Suzanne. Jusqu’au jour où elle engage Maria pour remplacer leur ancienne bonne. Grâce à la jeune femme, il découvre qu’au dernier étage de l’immeuble plusieurs autres bonnes espagnoles vivent dans des chambres minuscules. Séduit par leur bonne humeur et leur courage, l’homme d’affaires les aide à améliorer leur quotidien. Lui qui n’a jamais été vraiment aimé se laisse bichonner par ces femmes qui le considèrent comme leur bienfaiteur. Il retrouve le sourire, prend la vie avec plus de légèreté. Et cela inquiète sa femme…

Le Guay signe une comédie délicieuse et pimentée. Comme Fabrice Luchini, on est sous le charme de ces pétillantes Espagnoles (et notamment de la lumineuse Natalia Verbeke) qui balaient leurs larmes à coups de porto et oublient leurs soucis autour d’une tortilla. Le réalisateur n’a pas cherché loin l’idée de son film : « Je viens d’un milieu bourgeois. Mes parents habitaient dans le XVIIe à Paris, mon père était agent de change. Mes parents avaient engagé une bonne espagnole et je passais plus de temps avec elle qu’avec ma mère. Même si je n’en ai pas de souvenirs précis, il en est resté quelque chose en moi. Et puis l’étincelle est venue d’un voyage en Espagne au cours duquel j’ai rencontré une femme qui m’a raconté sa vie à Paris dans les années 60 ».
Bannière 11